Accueil | Francais | Philosophie | Histoire-géo | Commentaires philo | SES | Résumés d'oeuvres | Forum | Chances au bac

 

Acte II, scène 16 de Beaumarchais (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche)

Auteur : Beaumarchais

Titre : Acte II, scène 16

Oeuvre dont est tiré le titre : Le mariage du Figaro

Accéder au texte

Extrait étudié :

LE COMTE, LA COMTESSE rentrent dans la chambre

LE COMTE, une pince à la main qu'il jette sur le fauteuil. Tout est bien comme je l'ai laissé. Madame, en m'exposant à briser cette porte, réfléchissez aux suites : encore une fois, voulez-vous l'ouvrir ?

LA COMTESSE. Eh ! monsieur, quelle horrible rumeur peut altérer ainsi les égards entre deux époux ? Si l'amour vous dominait au point de vous inspirer ces filreurs, malgré leur déraison, je les excuserais ; j'oublierais peut-être, en faveur du motif ce qu'elles ont d'offensant pour moi. Mais la seule vanité peut-elle jeter dans ces excès un galant homme ?

LE COMTE. Amour ou vanité, vous ouvrirez la porte ; ou je vais à l'instant...

LA COMTESSE, au devant. Arrêtez, monsieur, je vous prie ! Me croyez-vous capable de manquer à ce que je me dois ?

LE COMTE. Tout ce qu'il vous plaira, madame ; mais je verrai qui est dans ce cabinet.

LA COMTESSE, effrayée. Eh bien, monsieur, vous le verrez. Écoutez-moi... tranquillement.

LE COMTE. Ce n'est donc pas Suzanne ?

LA COMTESSE, timidement. Au moins n'est-ce pas non plus une personne... dont vous deviez rien redouter... Nous disposions une plaisanterie... bien innocente, en vérité, pour ce soir ; et je vous jure...

LE COMTE. Et vous me jurez ?...

LA COMTESSE. Que nous n'avions pas plus dessein de vous offenser l'un que l'autre.

LE COMTE, vite. L'un que l'autre ? C'est un homme.

LA COMTESSE. Un enfant, monsieur.

LE COMTE. Eh ! qui donc ?

LA COMTESSE. A peine osé-je le nommer !

LE COMTE, furieux. Je le tuerai.

LA COMTESSE. Grands dieux !

LE COMTE. Parlez donc !

LA COMTESSE. Ce jeune... Chérubin...

LE COMTE. Chérubin ! l'insolent ! Voilà mes soupçons et le billet expliqués.

LA COMTESSE, joignant les mains. Ah ! monsieur ! gardez de penser...

LE COMTE, frappant du pied, à part. Je trouverai partout ce maudit page ! (Haut.) Allons, madame, ouvrez ; je sais tout maintenant. Vous n'auriez pas été si émue, en le congédiant ce matin ; il serait parti quand je l'ai ordonné ; vous n'auriez pas mis tant de fausseté dans votre conte de Suzanne, il ne se serait pas si soigneusement caché, s'il n'y avait rien de criminel.

LA COMTESSE. Il a craint de vous irriter en se montrant.

LE COMTE, hors de lui, et criant tourné vers le cabinet. Sors donc, petit malheureux !

LA COMTESSE le prend à bras-le-corps, en l'éloignant. Ah ! monsieur, monsieur, votre colère me fait trembler pour lui. N'en croyez pas un injuste soupçon, de grâce ! et que le désordre où vous l'allez trouver...

LE COMTE. Du désordre !

LA COMTESSE. Hélas, oui ! Prêt à s'habiller en femme, une coiffure à moi sur la tête, en veste et sans manteau, le col ouvert, les bras nus : il allait essayer...

LE COMTE. Et vous vouliez garder votre chambre !
Indigne épouse ! ah ? vous la garderez... longtemps ; mais il faut avant que j'en chasse un insolent, de manieur à ne plus le rencontrer nulle part.

LA COMTESSE se jette à genoux, les bras élevés. Monsieur le Comte, épargnez un enfant ; je ne me consolerais pas d'avoir causé...

LE COMTE. Vos frayeurs aggravent son crime.

LA COMTESSE. Il n'est pas Coupable, il partait : C'est moi qui l'ai fait appeler.

LE COMTE, furieux. Levez-vous. Ôtez-vous... Tu es bien audacieuse d'oser me parler pour un autre !

LA COMTESSE. Eh bien ! je m'Ôterai, monsieur, je me lèverai ; je vous remettrai même la clef du cabinet : mais, au nom de votre amour...

LE COMTE. De mon amour, perfide !

LA COMTESSE se lève et lui présente la clef Promettez-moi que vous laisserez aller cet enfant sans lui titre aucun mal ; et puisse, après, tout votre courroux tomber sur moi, si je ne vous convaincs pas...

LE COMTE, prenant la clef Je n'écoute plus rien.
LA COMTESSE se jette sur une bergère, un mouchoir sur les yeux. Ô ciel ! il va périr !

LE COMTE Ouvre la porte et recule. C'est Suzanne !

Cliquez ici pour demander ce corrigé

Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : Pas de note attribuée pour le moment



Commentaires postés pour réagir à cet article :


Retour à l'accueil du site | Rechercher un article


© 2006-2011 Copyright www.lescorriges.com - Déclaration CNIL n°1164329 - Mentions-légales