L’Ecole des Femmes, acte IV scène 1
 Dramaturge : Molière 
Comédie, XVII ème siècle

Moliere : L'Ecole des femmes : Acte IV scène 1 : Monologue d'arnolphe

Commentaire de document - Français
La pièce de Molière L’école des femmes fut la première fois représentée le 26 décembre 1662. L’acte IV scène 1 ne consiste qu’en un seul monologue d’Arnolphe où il exprime son vœu final de se battre jusqu’au bout pour l’amour d’Agnes. L’explication de ce texte commence par l’utilité du monologue dans un tel cas. Mais ce texte peut avoir une sorte de double lecture, la vision d’Arnolphe et la vision de Molière.


Monologue d'ARNOLPHE
J'ai peine, je l'avoue, à demeurer en place,
Et de mille soucis mon esprit s'embarrasse,
Pour pouvoir mettre un ordre et dedans et dehors,
Qui du godelureau rompe tous les efforts.
De quel oeil la traîtresse a soutenu ma vue!
De tout ce qu'elle a fait elle n'est point émue;
Et, bien qu'elle me mette à deux doigts du trépas,
On dirait, à la voir, qu'elle n'y touche pas.
Plus, en la regardant, je la voyais tranquille,
Plus je sentais en moi s'échauffer une bile;
Et ces bouillants transports dont s'enflammait mon coeur
Y semblaient redouter mon amoureuse ardeur.
J'étais aigri, fâché, désespéré contre elle;
Et cependant jamais je ne la vis si belle,
Jamais ses yeux aux miens n'ont paru si perçants,
Jamais je n'eus pour eux des désirs si pressants;
Et je sens là dedans qu'il faudra que je crève
Si de mon triste sort la disgrâce s'achève.
Quoi! j'aurai dirigé son éducation
Avec tant de tendresse et de précaution;
Je l'aurai fait passer chez moi dès son enfance,
Et j'en aurai chéri la plus tendre espérance;
Mon coeur aura bâti sur ses attraits naissants,
Et cru la mitonner pour moi durant treize ans,
Afin qu'un jeune fou dont elle s'amourache
Me la vienne enlever jusque sur la moustache,
Lorsqu'elle est avec moi mariée à demi!
Non, parbleu! non, parbleu! Petit sot, mon ami,
Vous aurez beau tourner, ou j'y perdrai mes peines,
Ou je rendrai, ma foi, vos espérances vaines,
Et de moi tout à fait vous ne vous rirez point.

 

 Introduction :

La pièce de Molière L’école des femmes, composée en vers, fut pour la première fois représentée le 26 décembre 1662 au théâtre du Palais- Royal à Paris . Elle précède les trois grandes œuvres polémiques que sont Tartuffe (1664), Don Juan (1665) et Le Misanthrope (1666). L’acte IV scène 1 ne consiste qu’en un seul monologue d’Arnolphe où il exprime son vœu final de se battre jusqu’au bout pour l’amour d’Agnès. En effet, ce passage se situe après la déclaration d’amour d’Agnès envers Horace ce qui bouleverse profondément le pauvre Arnolphe qui se rend compte par la même occasion qu’il est tombé amoureux de sa protégée. Le fait que la scène se situe juste après l’entracte est important, cela laisse au spectateur la possibilité de faire marcher son imagination sur ce qu’il a pu se passer pendant ce temps là. L’explication de ce texte commence par l’utilité du monologue dans un tel cas. Mais ce texte peut avoir une sorte de double lecture, la vision d’Arnolphe et la vision du dramaturge Molière....

Pour accèder à ce contenu,
il vous faut 1 code(s) d'accès.

Pour savoir comment obtenir un code, cliquez sur le drapeau de votre pays :


Votre navigateur doit accepter les cookies
Cookies have to be enabled on your browser
Entrez le(s) code(s) d'accès