Commentaire composé : Joachim Du Bellay Les Regrets : Sonnet VI : Las où est maintenant ce mépris de fortune ?    


Joachim du Bellay, Regrets, VI (1558)

Las, où est maintenant ce mépris de Fortune?                    a
Où est ce cœur vainqueur de toute adversité,                     b
Cet honnête désir de l'immortalité,                                     b
Et cette honnête flamme au peuple non commune?             a

Où sont ces doux plaisirs, qu'au soir sous la nuit brune       a
Les Muses me donnaient, alors qu'en liberté                      c
Dessus le vert tapis d'un rivage écarté                                c
Je les menais danser aux rayons de la Lune ?                     a

Maintenant la Fortune est maîtresse de moi,                       d
Et mon cœur qui soulait être maître de soi                          d
Est serf de mille maux et regrets qui m'ennuient.                 e

De la postérité je n'ai plus de souci,                                     f
Cette divine ardeur, je ne l'ai plus aussi,                               f
Et les Muses de moi, comme étranges, s'enfuient.                e
 

Commentaire :

            Poète humaniste de la première partie du XVIème siècle, Joachim Du Bellay a beaucoup travaillé pour la réhabilitation et l’enrichissement de la langue français dont l’ouvrage théorique Défense et illustration de la langue françaises est le fruit. Il faisait partie de la Pléiade, un groupe de sept poètes français de la Renaissance formé autour de son ami Pierre Ronsard. Les Regrets est un recueil de poèmes de 191 sonnets en alexandrins paru en 1558, à la suite d'un voyage à Rome de 1553 à 1557, qui l'a rempli d'amertume et où il dépeint un véritable drame personnel. En effet,il est d'abord exalté  à l'idée de son départ : il accompagne son oncle envoyé en ambassade à Rome auprès du pape et se trouve ravi de visiter le centre culturel vers lequel portent tous les regards à cette époque. Rome incarne alors un rêve pour tout humaniste, car elle est le berceau de l’Antiquité puis de la Renaissance en Italie. Mais il est rapidement déçu par l’atmosphère sulfureuse qui règne dans la cité pontificale qui n’est que nid d’intrigues, de jalousies, de complots et par les activités futiles que lui réserve son oncle qui le traite tel un valet. Il regagnera donc la France avec dans ses bagages les textes de cette expérience plutôt amère qui explique le titre du recueil dont le registre principal est le lyrisme et la tonalité élégiaque. C’est donc un enthousiasme qui se transforme en désenchantement, allant jusqu’à provoquer chez le poète un sentiment de profond doute quant à son inspiration, c’est ce que Du Bellay transcrit dans cet extrait. Par quel procédés le poète nous fait-il sentir le désarroi dont il souffre suite à la disparition de son inspiration? Nous étudierons tout d’abord comment la structure du sonnet est mise au service de l’expression de ses sentiments. Dans un second temps nous nous intéresserons de plus près a l’évocation du passé et pour finir à celle du présent.

Pour accèder à ce contenu,
il vous faut 1 code(s) d'accès.

Pour savoir comment obtenir un code, cliquez sur le drapeau de votre pays :


Votre navigateur doit accepter les cookies
Cookies have to be enabled on your browser
Entrez le(s) code(s) d'accès