Commentaire composé : Boris Vian : Le temps de vivre

Texte étudié :

Le temps de vivre
1954

Il a dévalé la colline
Ses pieds faisaient rouler des pierres
Là-haut entre les quatre murs
La sirène chantait sans joie

Il respirait l’odeur des arbres
Avec son corps comme une forge
La lumière l’accompagnait
Et lui faisait danser son ombre

Pourvu qu’ils me laissent le temps
Il sautait a travers les herbes
Il a cueilli deux feuilles jaunes
Gorgées de sève et de soleil

Les canons d’acier bleu crachaient
Des courtes flammes de feu sec
Pourvu qu’ils me laissent le temps
Il est arrivé près de l’eau

Il y a plongé son visage
Il riait de joie il a bu
Pourvu qu’ils me laissent le temps
Il s’est relevé pour sauter

Pourvu qu’ils me laissent le temps
Une abeille de cuivre chaud
L’a foudroyé sur l’autre rive
Le sang et l’eau se sont mêlés

Il avait eu le temps de voir
Le temps de boire à ce ruisseau
Le temps de porter à sa bouche
Deux feuilles gorgées de soleil

Le temps de rire aux assassins
Le temps d’atteindre l’autre rive
Le temps de courir vers la femme
Il avait eu le temps de vivre

Boris VIAN

Commentaire :

Le poème "Le temps de vivre" à été écrit en 1954. Il a été chanté, la même année, par Philippe Clay sur une musique de Jean Mengeon.
Le thème principal du "Temps de Vivre" se rapproche d’un autre poème écrit en 1952 : "Je voudrais pas crever", extrait d’un recueil de poèmes du même nom, publié à titre posthume, en 1962.
Les sentiments, idées exprimés par Boris Vian dans " Je voudrais pas crever " et " le Déserteur " se retrouvent dans " Le temps de Vivre ".

Plan :

I : Les thèmes du poème
II : Structure poétique du texte
III : Aspects allégoriques du poème

Pour accèder à ce contenu,
il vous faut 1 code(s) d'accès.

Pour savoir comment obtenir un code, cliquez sur le drapeau de votre pays :


Votre navigateur doit accepter les cookies
Cookies have to be enabled on your browser
Entrez le(s) code(s) d'accès