Accueil | Francais | Philosophie | Histoire-géo | Commentaires philo | SES | Résumés d'oeuvres | Forum | Chances au bac

 


Afficher les documents littéraires par époque : Antiquité | Moyen-Âge | 16 ième | 17 ième | 18 ième | 19 ième | 20 ième | 21 ième


Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Dernières demandes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco - Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine - Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal - Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle - Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

chapitre 7 de Rabelais (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche)

Auteur : Rabelais

Titre : chapitre 7

Époque : 16 ième

Oeuvre dont est tiré le titre : Gargantua

Accéder au commentaire de texte : Commentaire : Rabelais : chapitre 7

Extrait étudié :

En cest estat passa jusques à un an et dix moys, onquel temps, par le conseil des médecins, on commença le porter, et fut faicte une belle charrette à beufs par l'invention de Jehan Denyau1. Dedans icelle on le pourmenoit par cy par là joyeusement; et le faisoit bon veoir, car il portoit bonne troigne2 et avoit presque dix et huyt mentons; et ne crioit que bien peu; mais il se conchioit à toutes heures, car il estoit merveilleusement phlegmaticque3 des fesses, tant de sa complexion naturelle que de la disposition accidentale qui luy estoit advenue par trop humer4 de purée septembrale5. Et n'en humoyt goutte sans cause, car, s'il advenoit qu'il feust despit, courroussé, fasché ou marry6, s'il trepignoyt, s'il pleuroit, s'il crioit, luy apportant à boyre l'on le remettoit en nature7, et soubdain [il] demouroit coy8 et joyeulx. Une de ses gouvernantes m'a dict, jurant sa fy9, que de ce faire il estoit tant coustumier, qu'au seul son des pinthes11 et flaccons il entroit en ecstase, comme s'il goustoit les joyes de paradis. En sorte qu'elles, considerans ceste complexion divine, pour le resjouir, au matin, faisoient davant luy sonner des verres avecques un cousteau, ou des flaccons avecques leur toupon10, ou des pinthes11 avecques leur couvercle, auquel son il s'esguayoit, il tressailloit, et luy mesmes se bressoit12 en dodelinant de la teste, monichordisant13 des doigtz et barytonant du cul.

1 personnage inconnu 2 il avait bonne mine
3 d'un tempérament mou et relâché (y compris des sphincters) 4 boire
5 vin 6 triste
7 en bonne forme 8 tranquille
9 foi (ses grands dieux) 10 bouchon
11 pots 12 berçait
13 jouant du monocorde

Ajouté par : admin

Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : Pas de note attribuée pour le moment



Commentaires postés pour réagir à cet article :



Retour à l'accueil du site | Rechercher un article


© 2006-2011 Copyright www.lescorriges.com - Déclaration CNIL n°1164329 - Mentions-légales