Accueil | Francais | Philosophie | Histoire-géo | Commentaires philo | SES | Résumés d'oeuvres | Forum | Chances au bac

 


Afficher les documents littéraires par époque : Antiquité | Moyen-Âge | 16 ième | 17 ième | 18 ième | 19 ième | 20 ième | 21 ième


Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Dernières demandes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco - Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine - Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal - Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle - Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

Acte IV scène 6 de Beaumarchais (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche)

Auteur : Beaumarchais

Titre : Acte IV scène 6

Époque : 18 ième

Oeuvre dont est tiré le titre : Le barbier de Seville

beaumarchais

Fiche Bac :

Intro:
Scène qui prépare le dénouement, dévoile tête à tête des amoureux. Elle voit leur réconciliation. Sc. très riche en émotion, en infos et en procédés de théatre.

I/ Une scène forte en émotion et en sentiments.

A/ Une atmosphère nocturne

Sc. qui est censée se passer la nuit. Eclairs = manière de souligner une ellipse temporelle. Rosine est ds l'attente de Figaro et du Comte. Suspens à son paroxysme --> RDV amoureux sous la pression de Bartholo = topos du théatre.
RDV amoureux = RDV clandestin avt que R. ne l'avoue à Bartholo.

B/ Didascalies = densité dramaturgiques

Didascalies --> soulignent l'intensité émotionnelle de la sc. C'est une scène de tension. On obtient un résumé grâce aux didascalies. Nbreux pts de suspensions --> marque de la tension dramaturgique. Phrases exclamatives nbreuses.
1er mvt de la scène : R. en colère contre L. --> elle le croit traitre à leur amour --> veut lui faire payer sa "trahison".
Rosine = JF de caractère. Nbreuses interjections. Cela montre les sentiments. Scène de ménage puis fusion affective.
2ème mvt de la scène: Fusion des 2 amoureux. Rosine + du tt en colère. Elle tombe ds les bras de Lindor et s'évanouie. (Oh ! comme c'est beau !)

C/ La déclaration d'amour

Chp lexical de l'amour. Passage du "vous" au "tu" chez Rosine. R. croit le démasquer --> croit que L. n'est qu'un séducteur qui l'a trompé.
Dialectique = méthode de raisonnment qui procède par contradiction surmontée. (On surmonte les chises en les opposants.)
La suite confirme cette émotion. Voc. de l'amour exacerbé. Voc. hyperbolique.
Fin de la scène = véritable couple d'amoureux réconciliés. Fin heureuse. R. croit enfin à la véacité des propos de L.

II/ La densité dramaturgique

A/ Composition de la scène

1ère partie : mise à l'épreuve de L. par R. Jusqu'ou va t'il aller par duplicité (=double identité) ?
Rosine pense que L. l'a séduite pour mieux la donner au Comte Almaviva --> quiproquo. Elle veut mettre au jour sa duplicité --> furieuse contre L.
2ème partie : Révélation de la véritable identité de L. Cette partie = milieu de la scène = l'acmê = le sommet = le mmt où l'intrigue est inextriquable. Révélation pr R. qd Figaro appelle L. "Monseigneur" --> Résolution de la situation de quiproquo. (cf. didascalies). Expression des sentiments exacerbée.
3ème partie : Scène interrompue par l'arrivée annoncée de Bartholo et Bazile. --> C'est Figaro qui prévient du danger. 2 personnes marquées par la frayeur : Rosine et Figaro. Seul le Comte garde son sang-froid --> sa qulité de grd seigneur le met à l'abri de tt = privilège de la naissance. B. ne lui fait pas peur. F. joue un rôle important ds la progression de la scène.
-Les 3 parties s'enchainent très vite. C'est F. qui met dc fin au quiproquo = un lapsus

B/ Les ressources dramaturgiques de la scène

a) Le quiproquo avec :
-la lettre de Lindor --> le comte. Rosine croit que Lindor et le Comte se st ligués contre elle. R. abusée par le mensonge de Bartholo. Lettre = fausse preuve. Les 2/3 de la scène st pris par la résolution de ce quiproquo
b) Les accessoires de la scène et leur importance dramaturgique :
- L'échelle à différentes fonctions --> coup de théatre = annonciateur du danger la retraite est coupée.
- Les bougies allumées par Figaro ont 3 rôles:
~ éclairer la scène = rôle fonctionnel
~ créer un clair-obscure --> atmosphère nocturne
~ Eclairer qlq au sens propre et figuré = rôle symbolique
Bougies + orage = atmosphère romanesque/sentimentale.
Eclairs --> signal du danger
- L'habit du Comte --> symbolique et spectaculaire
déguisement = cape + chapeau par dessus l'habit splendide du Comte --> costume blanc. Il s'est dc préparé pr le mariage. Habit --> conforme à son titre, en rapport ac sa nouvelle identité.
Jeu scénique --> symbolique de la prise de sa nouvelle identité = mise en abîme car Lindor jouait un rôle qui n'était pas le sien.
R. = rôle de juge, de l'incquisiteur qd elle veut démasquer Lindor. Mise en abîme --> évanouissement de Rosine.

C/ Les affleurements de la présence de l'auteur

Affleurement = ce qui souligne la présence de l'auteur
ex: l.16 --> l'opinion de Beaumarchais sur la société de son siècle est contenue ds cette phrase de Rosine. --> position extrêmement moderne. Beaumarchais fait un théatre d'une société pré-révolutionnaire. Ses pièces st jouées devant ceux qu'il critique. --> Prône un despotisme éclairé.

III/ La question de l'identité

A/ Fil directeur de la pièce = l'identité du Comte

Comte --> change d'identité tt au long de la pièce. Au début = Lindor = nom de l'amoureux type de la comédie Italienne. Il n'est pas aimé pr lui-mm mais pr ce qu'il est.

B/ Etude de l'énonciation

L.14 à 19 : Rosine vouvoie le Comte. Elle l'appelle Monsieur.
L.15 à 16 : Le Comte parle de lui-mm à la 3ème personne. Se décrit sous les traits de Lindor = sorte d'anti-Almaviva. Il ne s'est pas encore dévoilé. S'appelle "le malheureux", "l'infortuné".
Ici malheureux = malhonnête --> dévoile la duplicité du Comte.
L.21 à 22 : R. passe du "vous" au "tu". Familiarité qui met en évidence la malhonnêteté de Lindor. Cela soulève la ? de l'identité. Cette ? est résolue par la déclaration d'amour. Il adopte sa véritable identité. R. admet enfin la new identité de son amoureux. Le Comte emploie enfin la 1ère personne : "ma femme" --> il assume dc totalement son identité qui est révélée par son titre. C'est dc la parole qui fait la personne.

CCL Générale:
Scène très riche en émotion et en sentiment. C'est une scène riche, dense et rythmée autant sur le plan dramaturgique que émotionnel. Sentiments en constante évolution, sentiments exacerbés. Beaumarchais tient le spectateur en haleine par cte enchaînement.
Rien d'original ds cette scène = topos mais Brio de Beaumarchais (= touche personnelle) : met en oeuvre des procédés dramaturgiques ac des thèmes rebattus. Il le fait ac génie.

Accéder au commentaire de texte : Commentaire : Beaumarchais : Acte IV scène 6

Extrait étudié :

Intro:
Scène qui prépare le dénouement, dévoile tête à tête des amoureux. Elle voit leur réconciliation. Sc. très riche en émotion, en infos et en procédés de théatre.

I/ Une scène forte en émotion et en sentiments.
A/ Une atmosphère nocturne

Sc. qui est censée se passer la nuit. Eclairs = manière de souligner une ellipse temporelle. Rosine est ds l'attente de Figaro et du Comte. Suspens à son paroxysme --> RDV amoureux sous la pression de Bartholo = topos du théatre.
RDV amoureux = RDV clandestin avt que R. ne l'avoue à Bartholo.

B/ Didascalies = densité dramaturgiques

Didascalies --> soulignent l'intensité émotionnelle de la sc. C'est une scène de tension. On obtient un résumé grâce aux didascalies. Nbreux pts de suspensions --> marque de la tension dramaturgique. Phrases exclamatives nbreuses.
1er mvt de la scène : R. en colère contre L. --> elle le croit traitre à leur amour --> veut lui faire payer sa "trahison".
Rosine = JF de caractère. Nbreuses interjections. Cela montre les sentiments. Scène de ménage puis fusion affective.
2ème mvt de la scène: Fusion des 2 amoureux. Rosine + du tt en colère. Elle tombe ds les bras de Lindor et s'évanouie. (Oh ! comme c'est beau !)

C/ La déclaration d'amour

Chp lexical de l'amour. Passage du "vous" au "tu" chez Rosine. R. croit le démasquer --> croit que L. n'est qu'un séducteur qui l'a trompé.
Dialectique = méthode de raisonnment qui procède par contradiction surmontée. (On surmonte les chises en les opposants.)
La suite confirme cette émotion. Voc. de l'amour exacerbé. Voc. hyperbolique.
Fin de la scène = véritable couple d'amoureux réconciliés. Fin heureuse. R. croit enfin à la véacité des propos de L.

II/ La densité dramaturgique
A/ Composition de la scène

1ère partie : mise à l'épreuve de L. par R. Jusqu'ou va t'il aller par duplicité (=double identité) ?
Rosine pense que L. l'a séduite pour mieux la donner au Comte Almaviva --> quiproquo. Elle veut mettre au jour sa duplicité --> furieuse contre L.
2ème partie : Révélation de la véritable identité de L. Cette partie = milieu de la scène = l'acmê = le sommet = le mmt où l'intrigue est inextriquable. Révélation pr R. qd Figaro appelle L. "Monseigneur" --> Résolution de la situation de quiproquo. (cf. didascalies). Expression des sentiments exacerbée.
3ème partie : Scène interrompue par l'arrivée annoncée de Bartholo et Bazile. --> C'est Figaro qui prévient du danger. 2 personnes marquées par la frayeur : Rosine et Figaro. Seul le Comte garde son sang-froid --> sa qulité de grd seigneur le met à l'abri de tt = privilège de la naissance. B. ne lui fait pas peur. F. joue un rôle important ds la progression de la scène.
-Les 3 parties s'enchainent très vite. C'est F. qui met dc fin au quiproquo = un lapsus

B/ Les ressources dramaturgiques de la scène

a) Le quiproquo avec :
-la lettre de Lindor --> le comte. Rosine croit que Lindor et le Comte se st ligués contre elle. R. abusée par le mensonge de Bartholo. Lettre = fausse preuve. Les 2/3 de la scène st pris par la résolution de ce quiproquo
b) Les accessoires de la scène et leur importance dramaturgique :
- L'échelle à différentes fonctions --> coup de théatre = annonciateur du danger la retraite est coupée.
- Les bougies allumées par Figaro ont 3 rôles:
~ éclairer la scène = rôle fonctionnel
~ créer un clair-obscure --> atmosphère nocturne
~ Eclairer qlq au sens propre et figuré = rôle symbolique
Bougies + orage = atmosphère romanesque/sentimentale.
Eclairs --> signal du danger
- L'habit du Comte --> symbolique et spectaculaire
déguisement = cape + chapeau par dessus l'habit splendide du Comte --> costume blanc. Il s'est dc préparé pr le mariage. Habit --> conforme à son titre, en rapport ac sa nouvelle identité.
Jeu scénique --> symbolique de la prise de sa nouvelle identité = mise en abîme car Lindor jouait un rôle qui n'était pas le sien.
R. = rôle de juge, de l'incquisiteur qd elle veut démasquer Lindor. Mise en abîme --> évanouissement de Rosine.

C/ Les affleurements de la présence de l'auteur

Affleurement = ce qui souligne la présence de l'auteur
ex: l.16 --> l'opinion de Beaumarchais sur la société de son siècle est contenue ds cette phrase de Rosine. --> position extrêmement moderne. Beaumarchais fait un théatre d'une société pré-révolutionnaire. Ses pièces st jouées devant ceux qu'il critique. --> Prône un despotisme éclairé.

III/ La question de l'identité
A/ Fil directeur de la pièce = l'identité du Comte

Comte --> change d'identité tt au long de la pièce. Au début = Lindor = nom de l'amoureux type de la comédie Italienne. Il n'est pas aimé pr lui-mm mais pr ce qu'il est.

B/ Etude de l'énonciation

L.14 à 19 : Rosine vouvoie le Comte. Elle l'appelle Monsieur.
L.15 à 16 : Le Comte parle de lui-mm à la 3ème personne. Se décrit sous les traits de Lindor = sorte d'anti-Almaviva. Il ne s'est pas encore dévoilé. S'appelle "le malheureux", "l'infortuné".
Ici malheureux = malhonnête --> dévoile la duplicité du Comte.
L.21 à 22 : R. passe du "vous" au "tu". Familiarité qui met en évidence la malhonnêteté de Lindor. Cela soulève la ? de l'identité. Cette ? est résolue par la déclaration d'amour. Il adopte sa véritable identité. R. admet enfin la new identité de son amoureux. Le Comte emploie enfin la 1ère personne : "ma femme" --> il assume dc totalement son identité qui est révélée par son titre. C'est dc la parole qui fait la personne.

CCL Générale:
Scène très riche en émotion et en sentiment. C'est une scène riche, dense et rythmée autant sur le plan dramaturgique que émotionnel. Sentiments en constante évolution, sentiments exacerbés. Beaumarchais tient le spectateur en haleine par cte enchaînement.
Rien d'original ds cette scène = topos mais Brio de Beaumarchais (= touche personnelle) : met en oeuvre des procédés dramaturgiques ac des thèmes rebattus. Il le fait ac génie.

Article ajouté le 18\10\2007 à 13:39:40

Article validé le 18\10\2007 à 13:40:04

Ajouté par : admin

Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : Pas de note attribuée pour le moment



Commentaires postés pour réagir à cet article :



Retour à l'accueil du site | Rechercher un article


© 2006-2011 Copyright www.lescorriges.com - Déclaration CNIL n°1164329 - Mentions-légales