Accueil | Francais | Philosophie | Histoire-géo | Commentaires philo | SES | Résumés d'oeuvres | Forum | Chances au bac

 


Afficher les documents littéraires par époque : Antiquité | Moyen-Âge | 16 ième | 17 ième | 18 ième | 19 ième | 20 ième | 21 ième


Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Dernières demandes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco - Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine - Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal - Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle - Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

Icare est cheut icy, le jeune audacieux de Desportes (Philippe) (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche)

Auteur : Desportes (Philippe)

Titre : Icare est cheut icy, le jeune audacieux

Époque : 16 ième

Oeuvre dont est tiré le titre : Les Amours d'Hippolyte

Accéder au commentaire de texte : Commentaire : Desportes (Philippe) : Icare est cheut icy, le jeune audacieux

Extrait étudié :

Philippe Desportes (1546-1606)
Les Amours d'Hippolyte (Premières œuvres, 1573)

Icare est cheut icy, le jeune audacieux,
Qui pour voler au Ciel eut assez de courage :
Icy tomba son corps degarny de plumage,
Laissant tous braves cœurs de sa cheute envieux.

Ô bien-heureux travail d'un esprit glorieux,
Qui tire un si grand gain d'un si petit dommage !
Ô bien-heureux malheur, plein de tant d'avantage
Qu'il rende le vaincu des ans victorieux !

Un chemin si nouveau n'estonna sa jeunesse,
Le pouvoir lui faillit et non la hardiesse,
Il eut, pour le brusler, des astres le plus beau.

Il mourut poursuivant une haute adventure,
Le Ciel fut son désir, la Mer sa sépulture.
Est-il plus beau dessein, et plus riche tombeau ?

(orthographe non modernisée)

Article ajouté le 26\09\2007 à 02:32:33

Article validé le 26\09\2007 à 03:46:43

Ajouté par : admin

Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : 5



Commentaires postés pour réagir à cet article :



Retour à l'accueil du site | Rechercher un article


© 2006-2011 Copyright www.lescorriges.com - Déclaration CNIL n°1164329 - Mentions-légales