Accueil | Francais | Philosophie | Histoire-géo | Commentaires philo | SES | Résumés d'oeuvres | Forum | Chances au bac

 


Afficher les documents littéraires par époque : Antiquité | Moyen-Âge | 16 ième | 17 ième | 18 ième | 19 ième | 20 ième | 21 ième


La Logique ou l'Art de penser de Aristote (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche)

Auteur : Aristote

Titre : La Logique ou l'Art de penser

Époque : Antiquité

Accéder au corrigé

Extrait étudié :

Logique - Pensée - Langage

La Logique ou l'Art de penser (1662).


Après avoir conçu les choses par nos idées, nous comparons ces idées ensemble ; et trouvant que les unes conviennent entr'elles, et que les autres ne conviennent pas, nous les lions ou délions, ce qui s'appelle affirmer ou nier, et généralement juger. Ce jugement s'appelle aussi proposition, et il est aisé de voir qu'elle doit avoir deux termes : l'un, de qui l'on affirme, ou de qui l'on nie, lequel on appelle sujet ; et l'autre que l'on affirme, ou que l'on nie, lequel s'appelle attribut ou praedicatum. Et il ne suffit pas de concevoir ces deux termes ; mais il faut que l'esprit les lie ou les sépare.
Et cette action de notre esprit est marquée (...) par le verbe est, ou seul quand nous affirmons, ou avec une particule négative quand nous nions. Ainsi quand je dis, Dieu est juste, Dieu est le sujet de cette proposition, et juste en est l'attribut, et le mot est marque l'action de mon esprit qui affirme, c'est-à-dire, qui lie ensemble les deux idées de Dieu et de juste comme convenant l'une à l'autre. Que si je dis, Dieu n'est pas injuste, est étant joint avec les particules, ne pas, signifie l'action contraire à celle d'affirmer, savoir celle de nier, par laquelle je regarde ces idées comme répugnantes l'une à l'autre, parce qu'il y a quelque chose d'enfermé dans l'idée d'injuste, qui est contraire à ce qui est enfermé dans l'idée de Dieu.
Mais quoique toute proposition enferme nécessairement ces trois choses, néanmoins (...), elle peut n'avoir que deux mots, ou même qu'un. Car les hommes, voulant abréger leurs discours, ont fait une infinité de mots qui signifient tous ensemble l'affirmation ; c'est-à-dire, ce qui est signifié par le verbe substantif, et de plus un certain attribut qui est affirmé. Tels sont tous les verbes hors celui qu'on appelle substantif, comme Dieu existe, c'est-à-dire, est existant, Dieu aime les hommes, c'est-à-dire, Dieu est aimant les hommes.

Url du fichier ajouté : Accéder au corrigé

Ajouté par : admin

Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : Pas de note attribuée pour le moment



Commentaires postés pour réagir à cet article :



Retour à l'accueil du site | Rechercher un article


© 2006-2011 Copyright www.lescorriges.com - Déclaration CNIL n°1164329 - Mentions-légales