Accueil | Francais | Philosophie | Histoire-géo | Commentaires philo | SES | Résumés d'oeuvres | Forum | Chances au bac

 


Afficher les documents littéraires par époque : Antiquité | Moyen-Âge | 16 ième | 17 ième | 18 ième | 19 ième | 20 ième | 21 ième


Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Dernières demandes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco - Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine - Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal - Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle - Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

Quatrième partie, Livre sixième, Henry V de Chateaubriand (cliquez sur le titre ou l'auteur pour effectuer une recherche)

Auteur : Chateaubriand

Titre : Quatrième partie, Livre sixième, Henry V

Époque : 19 ième

Oeuvre dont est tiré le titre : Mémoires d'outre Tombe

Accéder au commentaire de texte : Commentaire : Chateaubriand : Quatrième partie, Livre sixième, Henry V

Extrait étudié :

De « Et certes ces idées allaient loin… » jusqu’à « …une existence dégradé. » (p313)

Texte essentiellement politique et utopique.

I L’utopie :

L’extrait commence par une affirmation hypothétique au plus que parfais puis au conditionnel passé : si j’avais été gouverneur…, je me serait efforcé… ». On est ainsi dans l’utopie. C’est un souhait inatteignable. Abondance de participe passé. Signe de l’importance des choses accomplies. Il y a aussi tout un travail rhétorique. Le parallélisme de la construction. Répétition de « quel ». Gradation « beau jour », « illustre jour ». Il s’agit de l’énumération qui était un programme et qui constitue les axes d’une monarchie idéale. « rompu les derniers liens de la presse » « élargi les droits des citoyens ».

II Chateaubriand est visionnaire :

Chateaubriand imagine un discours fictif de Henry V s’adressant au Français. On est à la conjonction des contradictions de Chateaubriand. (Son attachement à la monarchie qui est l’image de la tradition et la certitude intérieur que l’avenir appartient à une autre sorte de gouvernement.) Il prononce à plusieurs reprises « démocratie ». C’est une certitude de sa part mais aussi une espérance. « marche des siècles » (allusion au temps). Le tuteur est un responsable mais c’est aussi ce lui qui protège (a pour origine latine « tutus » qui veut dire protéger.) « …ne permettent plus que vous aillez un tuteur ». Il fait ici allusion à l’abdication hypothétique du roi. Il a l’image de l’abdication minable de Charles X. Ici il imagine une abdication solennelle et grandiose. C’est le peuple qui l’aurait voulu. C’est la vision de cette tâche imaginaire puisqu’on est au conditionnel. L’image du maître qui assume sa tâche.

III Chateaubriand polémiste :

Le choix de l’anaphore : « Dites si.. » est inhabituel. Ces deux interrogations indirectes terminées par un point d’interrogation sont des fautes grammaticales. C’est une manière d’interpeller le lecteur. Dans la dernière phrase le conditionnel n’est plus passé mais présent. On passe des sphères idéales de l’imaginaire à une réalité possible : « …que feraient les fils décrépits de Henry V ». L’adjectif désigne un état de vieillesse extrême. C’est un mot péjoratif et polysémique. Cela peut désigner Louis Philippe, son adversaire, et la dynastie des orléanistes, décrépit étant ici synonyme de indigne. C’est aussi peut être une polémique allusive (rien est dit). Elle évoque la manière misérable dont les choses se sont terminées. Charles X a mis au pouvoir un crétin, Polignac qui est a l’origine des ordonnances de juillet et de la révolution de 1830.

Ainsi Chateaubriand montre qu’il est à l’écoute ardente de son époque. Dans un regard positif il attend l’avenir.

Ajouté par : admin

Les membres ont attribué la note suivante en moyenne : Pas de note attribuée pour le moment



Commentaires postés pour réagir à cet article :



Retour à l'accueil du site | Rechercher un article


© 2006-2011 Copyright www.lescorriges.com - Déclaration CNIL n°1164329 - Mentions-légales