corrige

Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Autres textes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Gogol -Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco -Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine- Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal -Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle -Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

____________________________________________________________________________________________________

Commentaire composé : Ionesco : Rhinoceros : Acte I scene 1

Le texte étudié :

Eugène Ionesco (1912-1994), Rhinocéros (1959).

Au début de la pièce, deux amis se retrouvent, dans une ville où une étrange maladie, "la rhinocérite", transformera peu à peu les habitants, sauf Bérenger, en rhinocéros. Cette transformation constitue une image de la montée du nazisme ou d'autres formes de totalitarisme.

JEAN, l'interrompant. - Vous êtes dans un triste état, mon ami.
BERENGER. - Dans un triste état, vous trouvez ?
JEAN. - Je ne suis pas aveugle. Vous tombez de fatigue, vous avez encore perdu la nuit, vous bâillez, vous êtes mort de sommeil...
BERENGER. - J'ai un peu mal aux cheveux...
JEAN. - Vous puez l'alcool !
BERENGER. - J'ai un petit peu la gueule de bois, c'est vrai !
JEAN. - Tous les dimanches matin, c'est pareil, sans compter les jours de la semaine.
BERENGER. - Ah non, en semaine c'est moins fréquent, à cause du bureau...
JEAN. - Et votre cravate, où est-elle ? Vous l'avez perdue dans vos ébats !
BERENGER, mettant la main à son cou. - Tiens, c'est vrai, c'est drôle, qu'est-ce que j'ai bien pu en faire ?
JEAN, sortant une cravate de la poche de son veston. - Tenez, mettez celle-ci.
BERENGER. - Oh, merci, vous êtes bien obligeant. (il noue la cravate à son cou.)
JEAN, pendant que Bérenger noue sa cravate au petit bonheur. - Vous êtes tout décoiffé ! (Bérenger passe les doigts dans ses cheveux.) Tenez, voici un peigne ! (Il sort un peigne de l'autre poche de son veston.)
BERENGER, prenant le peigne. - Merci. (Il se peigne vaguement.)
JEAN. - Vous ne vous êtes pas rasé ! Regardez la tête que vous avez. (Il sort une petite glace de la poche intérieure de son veston, la tend à Bérenger qui s'y examine ; en se regardant dans la glace, il tire la langue.)
BERENGER. - J'ai la langue bien chargée.
JEAN, reprenant la glace et la remettant dans sa poche. - Ce n'est pas étonnant !... (Il reprend aussi le peigne que lui tend Bérenger, et le remet dans sa poche.) La cirrhose (1) vous menace, mon ami.
BERENGER, inquiet. - Vous croyez ?...
JEAN, à Bérenger qui veut lui rendre la cravate. - Gardez la cravate, j'en ai en réserve.
BERENGER, admiratif. - Vous êtes soigneux, vous.
JEAN, continuant d'inspecter Bérenger. - Vos vêtements sont tout chiffonnés, c'est lamentable, votre chemise est d'une saleté repoussante, vos souliers... (Bérenger essaye de cacher ses pieds sous la table.) Vos souliers ne sont pas cirés... Quel désordre !... Vos épaules...
BERENGER. -Qu'est-ce qu'elles ont, mes épaules ?...
JEAN. - Tournez-vous. Allez, tournez-vous. Vous vous êtes appuyé contre un mur... (Bérenger étend mollement sa main vers Jean.) Non, je n'ai pas de brosse sur moi, cela gonflerait les poches. (Toujours mollement, Bérenger donne des tapes sur ses épaules pour en faire sortir la poussière blanche ; Jean écarte la tête.) Oh là là... Où donc avez-vous pris cela ?
BERENGER. - Je ne m'en souviens pas.
JEAN. - C'est lamentable, lamentable ! J'ai honte d'être votre ami.
BERENGER. - Vous êtes bien sévère...

1. cirrhose : maladie du foie.

Commentaire composé :

Rhinocéros, pièce en trois actes et en prose d’Eugène Ionesco (1909-1994), publiée en français en 1959, et créée à l’Odéon-Théâtre de France le 22 janvier 1960, est certainement la pièce la plus connue de Eugène Ionesco, après La cantatrice chauve. Contrairement à la gratuité du jeu et au plaisir du mot que l’on trouvait dans celle-ci, Rhinocéros amorce un tournant dans la vie littéraire de l’auteur, puisqu’il se consacre pour la première fois à un théâtre politique, dans la lignée de Sartre et Camus. Ce qui n’enlève rien de l’originalité propre à l’écrivain d’origine roumaine, qui avait vécu l’horreur de la « nazification » dans son pays en 1938. La trame est simple : une nouvelle maladie, la « rhinocérite » apparaît dans un paisible village français, au départ on s’étonne et on s’inquiète un peu du passage de ces gros animaux à travers les rues du villages, mais peu à peu tous les habitants se transforment eux-mêmes en rhinocéros, tous, sauf Bérenger, héros malgré lui, ivrogne et sale, qui résistera jusqu’au bout. Cet extrait se situe au début de l’histoire, il présente un échange vif entre Bérenger et son ami Jean.
Nous étudierons...

L'accès au reste du commentaire littéraire est protégé par un code d'accès.

Pour l'obtenir, il vous suffit d'appeler le numéro de téléphone correspondant à votre pays et votre mot de passe vous sera dicté par un robot vocal. Veillez à bien noter quelque part votre numéro d'accès afin de ne pas l'oubier ! Entrez ensuite le code dans le champ en dessous des drapeaux puis cliquez sur "envoyer". Cet appel vous est facturé 1,68 euros. Le code est valable 2 fois !

Si vous rencontrez des problèmes, contactez-nous.

Pour avoir des accès gratuits envoyez nous vos devoirs ! Plus d'informations



Autres Pays
&

Ce fichier contient un commentaire composé avec introduction, conclusion et transitions rédigées (6 pages word)


Attention : Le site Lescorriges.com propose des documents qui peuvent vous servir de base ou de modèle dans vos travaux scolaires. Il est vivement conseillé de ne pas les recopier mais seulement de s'en inspirer. Le webmaster de ce site ne saurait en aucun cas être responsable des notes ou des sanctions résultant de l'utilisation de la banque de données du site.

Les corrigés permettent, d'acquérir des méthodes de rédaction, et de prendre conscience des attentes du correcteur mais ils ne sont pas forcément une aide à long terme. N'oubliez pas que l'objectif est d'arriver à construire un devoir pour le jour du baccalauréat. Vous n'aurez plus internet sous la main. Il faut donc que la consultation des corrigés vous aide à vous préparer à cette épreuve. Cela ne doit pas être une solution de facilité. Je vous suggère donc de n'avoir recours à ces corrigés qu'après avoir fait l'effort de construire votre propre réflexion. Et si le corrigé qui est proposé ne va pas dans le sens de ce que vous avez fait n'en déduisez pas automatiquement que votre travail n'est pas correct. Au contraire, c'est l'occasion de réfléchir aux choix qui ont été faits par le correcteur et à vos propres choix. Vous pouvez en discuter avec votre professeur. Enfin, n'attendez pas que votre prof vous fasse tout le travail. Rappelez-vous qu'il peut y avoir de bons devoirs très différents entre eux.


© Lescorriges.com - Tous droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, et les fiches hébergées sur le site sont la propriété de lescorriges.com