corrige

Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Autres textes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Gogol -Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco -Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine- Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal -Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle -Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

____________________________________________________________________________________________________

Commentaire composé : Colette : Sido ou les points cardinaux : L'enfance de Colette (1930)

Extrait étudié :

- Dieu, que tu as l'air bête en ce moment ma fille !... Tu m'écoutes ?
- Oui, maman...
- Donc, nous avions fait un grand tour, par une de ces chaleurs ! J'étais énorme, et je me trouvais lourde. Nous rentrions au pas, et j'avais coupé des genêts fleuris, je me rappelle... Nous voilà arrivés à la hauteur du cimetière, - non, ce n'est pas une histoire de revenants, - quand un nuage, un vrai nuage du Sud, marron roux, avec un petit ourlet de mercure tout autour, se met à monter plus vite dans le ciel, tonne un bon coup, et crève en eau comme un seau percé ! Antoine descend et veut lever la capote pour m'abriter. Je lui dis : "Non, le plus pressé c'est de tenir la jument à la tête : si la grêle vient, elle s'emballera pendant que vous lèverez la capote." Il tient la jument qui dansait un peu sur place, mais je lui parlais, tu comprends, comme s'il n'avait ni plu ni tonné, je lui parlais sur un ton de beau temps et de promenade au pas. Et je recevais un aga d'eau incroyable, sur ma malheureuse petite ombrelle en soie...Le nuage passé, j'étais assise dans un bain de siège, A
ntoine trempé, et la capote pleine d'eau, d'une eau chaude, une eau à dix huit ou vingt degrés. Et quand Antoine a voulu viré la capote, nous y avons trouvé quoi ? Des grenouilles minuscules, vivantes, au moins trente grenouilles apportées à travers les airs par un caprice du Sud, par une trombe chaude, une de ces tornades dont le pied en pas de vis ramasse et porte à cent lieues un panache de sable, de graines, d'insectes... J'ai vu cela, moi, oui !
Elle brandissait le peigne de fer qui servait à carder la chevelure de la havanaise et les angoras. Elle ne s'étonnait pas que les prodiges météorologiques l'eussent attendue au passage, et tutoyée.
Vous croirez sans peine qu'à l'appel de Sido le vent du Sud se levait devant les yeux de mon âme, tors sur ton pas de vis, empanaché de graines, de sable, de papillons morts, raciné au désert de Libye... Sa tête indistincte et désordonnée s'agitait, secouant l'eau et la pluie des grenouilles tièdes... Je suis capable encore de le voir.
- Mais que tu as donc l'air bête aujourd'hui ma fille !... D'ailleurs tu es beaucoup plus jolie quand tu as l'air bête. C'est dommage que cela t'arrive si rarement. Tu pèches déjà, comme moi, par excès d'expression. J'ai toujours l'air, quand j'égare mon dé, d'avoir perdu un parent bien-aimé...Quand tu prends l'air bête tu as les yeux plus grands, la bouche entrouverte et tu rajeunis...A quoi penses tu?
- A rien maman...
- Je ne te crois pas, mais c'est très bien imité.Vraiment très bien, ma fille.Tu es un miracle de gentillesse et de fadeur!
Je tressaillais, je rougisssais sous la louange piquante, l'oeil acéré, la voix aux finales hautes et justes.Elle ne m'appelait ma fille que pour souligner une critique ou une réprimande...Mais la voix, le regard étaient prompts à changer:
- O mon joyau-tout-en-or!Ce n'est pas vrai, tu n'es ni bête ni jolie, tu es seulement ma petite incomparable!...Où vas tu?
Comme à tout les inconstant l'absolution me donnait des ailes, et dûment embrassée, légère, j'apprétait déjà ma fuite.
- Ne t'en va pas loin à cette heure ci!Le soleil se couche dans...
Elle ne consultait pas la montre mais la hauteur du soleil sur l'horizon et la fleur de tabac ou le datura, assoupis tout le jour et que le soir éveillait
- ...dans une demi heure, le tabac blanc embaume déjà...Veux-tu porter des aconits, des ancolies et des campanules chez Adrienne Saint-Aubin, et lui rendre LA revue des deux Mondes?...Change de rublan, mets en un bleu pâle...Tu as un tein pour le bleu pâle, ce soir.
Changer de ruban-jusqu'à l'âge de 22 ans on m'a vu coiffée de ce large ruban, noué autour de la tête, "à la Vigée-Lebrun" disait ma mère-et porter un message de fleurs: ainsi ma mère m'avertissait que j'étais, pendant une heure, un jour, particulièrement jolie, et qu'elle s'enorgueillissait de moi.Le ruban en papillon épanoui au_dessus de mon front, quelques cheveux ramenés sur les tempes, je prenais les fleurs à mesure que Sido les coupait....

Commentaire :

Recueil de souvenirs de Sidonie-Gabrielle Colette, dite Colette (1873-1954), Sido fut publié à Paris en 1930. Une première version, plus courte, avait été publiée en 1929, sous le titre Sido ou les Points cardinaux. Dans le prolongement de la Maison de Claudine et de la Naissance du jour, Sido est consacré à l’évocation de l’enfance de Colette. L’ouvrage, placé par son titre sous les auspices maternels, rend hommage à Sidonie, la mère de l’auteur. Dans le cadre tutélaire de la maison de Saint-Sauveur-en-Puisaye, Colette met en scène la vie de sa famille, pittoresque et attachante.
Œuvre nostalgique et joyeuse en même temps, Sido fait revivre le paradis perdu de l’enfance. Remparts dressés contre le temps et la mort, le souvenir et l’écriture restituent un univers que son irrémédiable abolition a rendu idéal et intelligible: «Il faut du temps à l’absent pour prendre sa vraie forme en nous. Il meurt — il mûrit, il se fixe. “C’est donc toi? Enfin... Je ne t’avais pas compris.” Il n’est jamais trop tard, puisque j’ai pénétré ce que ma jeunesse me cachait autrefois.» L’entreprise littéraire, qui participe d’un «prurit de posséder les secrets d’un être à jamais dissous», répond à une volonté de reconstruction, de déchiffrement et de conquête de l’identité des autres et de soi-même: «J’épelle, en moi, ce qui est l’apport de mon père, ce qui est la part maternelle.» Ainsi, l’évocation des figures parentales permet à Colette de mieux saisir la singulière alchimie de sa propre personnalité.
Nous sommes ici dans la première partie de l’œuvre, intitulée « Sido », où la narratrice évoque...

L'accès au reste du commentaire littéraire est protégé par un code d'accès.

Pour l'obtenir, il vous suffit d'appeler le numéro de téléphone correspondant à votre pays et votre mot de passe vous sera dicté par un robot vocal. Veillez à bien noter quelque part votre numéro d'accès afin de ne pas l'oubier ! Entrez ensuite le code dans le champ en dessous des drapeaux puis cliquez sur "envoyer". Cet appel vous est facturé 1,68 euros. Le code est valable 2 fois !

Si vous rencontrez des problèmes, contactez-nous.

Pour avoir des accès gratuits envoyez nous vos devoirs ! Plus d'informations



Autres Pays
&

Ce fichier contient un commentaire composé avec introduction, conclusion et transitions rédigées


Attention : Le site Lescorriges.com propose des documents qui peuvent vous servir de base ou de modèle dans vos travaux scolaires. Il est vivement conseillé de ne pas les recopier mais seulement de s'en inspirer. Le webmaster de ce site ne saurait en aucun cas être responsable des notes ou des sanctions résultant de l'utilisation de la banque de données du site.

Les corrigés permettent, d'acquérir des méthodes de rédaction, et de prendre conscience des attentes du correcteur mais ils ne sont pas forcément une aide à long terme. N'oubliez pas que l'objectif est d'arriver à construire un devoir pour le jour du baccalauréat. Vous n'aurez plus internet sous la main. Il faut donc que la consultation des corrigés vous aide à vous préparer à cette épreuve. Cela ne doit pas être une solution de facilité. Je vous suggère donc de n'avoir recours à ces corrigés qu'après avoir fait l'effort de construire votre propre réflexion. Et si le corrigé qui est proposé ne va pas dans le sens de ce que vous avez fait n'en déduisez pas automatiquement que votre travail n'est pas correct. Au contraire, c'est l'occasion de réfléchir aux choix qui ont été faits par le correcteur et à vos propres choix. Vous pouvez en discuter avec votre professeur. Enfin, n'attendez pas que votre prof vous fasse tout le travail. Rappelez-vous qu'il peut y avoir de bons devoirs très différents entre eux.


© Lescorriges.com - Tous droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, et les fiches hébergées sur le site sont la propriété de lescorriges.com