corrige

Fiches de Français - Commentaires composés corrigés - Autres textes - Demander un corrigé - Lexique littéraire

Les auteurs principaux :

Anouilh - Aubigné - Apollinaire - Aragon - Balzac - Baudelaire - Beaumarchais - Beckett - Bernanos - Brecht - Cadou - Camus - Céline - Cendrars - Chateaubriand - Claudel - Corbière - Cohen - Colette - Corneille - Desnos - Diderot - Du Bellay - Eluard - Fénelon - Flaubert - Fontenelle - Giono - Giraudoux - Gogol -Hérédia - Hugo - Huysmans - Ionesco -Juliet - La Bruyère - Laclos - La Fayette - La Fontaine - Laforgue - Lamartine- Lesage - Mallarmé - Malraux - Marivaux - Marot - Maupassant - Mauriac - Michaux - Molière - Montesquieu - Musset - Nerval - Pascal -Ponge - Prévert - Prévost - Proust - Rabelais - Racine - Rimbaud - Ronsard - Rousseau - Roy - Saint-Amant - Sand - Sarraute - Sartre - Senghor - Shakespeare - Stendhal - Supervielle -Vallès - Verlaine - Vigny - Voltaire - Zola

____________________________________________________________________________________________________

Commentaire composé : « La servante au grand coeur » (Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857)

Texte étudié :

La servante au grand coeur dont vous étiez jalouse,
Et qui dort son sommeil sous une humble pelouse,
Nous devrions pourtant lui porter quelques fleurs.
Les morts, les pauvres morts, ont de grandes douleurs,
Et quand octobre souffle, émondeur des vieux arbres,
Son vent mélancolique à l'entour de leurs marbres,
Certes, ils doivent trouver les vivants bien ingrats,
A dormir, comme ils font, chaudement dans leurs draps,
Tandis que, dévorés de noires songeries,
Sans compagnon de lit, sans bonnes causeries,
Vieux squelettes gelés travaillés par le ver,
Ils sentent s'égoutter les neiges de l'hiver
Et le siècle couler, sans qu'amis ni famille
Remplacent les lambeaux qui pendent à leur grille.

Lorsque la bûche siffle et chante, si le soir,
Calme, dans le fauteuil je la voyais s'asseoir,
Si, par une nuit bleue et froide de décembre,
Je la trouvais tapie en un coin de ma chambre,
Grave, et venant du fond de son lit éternel
Couver l'enfant grandi de son oeil maternel,
Que pourrais-je répondre à cette âme pieuse,
Voyant tomber des pleurs de sa paupière creuse?

Baudelaire, Les Fleurs du mal, 1857

 

Le commentaire composé :

Introduction :

Baudelaire écrit à sa mère, le 11 janvier 1858, : "Vous n’avez donc pas remarqué qu’il y avait dans Les Fleurs du mal deux pièces vous concernant, ou du moins allusionnelles à des détails intimes de notre ancienne vie, de cette époque de veuvage qui m’a laissé de singuliers et tristes souvenirs, _ l’une Je n’ai pas oublié, voisine de la ville ... (Neuilly), et l’autre qui suit : La servante au grand coeur dont vous étiez jalouse ... ? J’ai laissé ces deux pièces sans titres et sans indications claires parce que j’ai horreur de prostituer les choses intimes de famille."
Par delà ce difficile couple de la mère et du fils, Mariette, "la servante au grand coeur" se fit un devoir de "couver" cet orphelin qui cherchait l’amour. Discrète, sa tendresse convertissait le petit garçon à l’espoir, au bonheur. Mariette témoignait, par le don silencieux d’elle-même, qu’il y avait du sens à vivre, à accomplir dans l’ordre des jours les plus modestes travaux. Or cette incarnation de la présence, cette générosité de l’amour dans un être, Baudelaire est tragiquement conscient d’en avoir oublié l’émouvante leçon. Lui non plus n’a pas su répondre, par ses actes, au don qui lui a été fait.
Le fils confesse sa faute : une impardonnable infidélité, envers cette femme qui fut, dans l’enfance, une intermédiaire entre l’amour et lui. Pour apaiser ce remords, pour se souvenir - et même dans la détestation et l’orgueil qui font son enfer - de ce visage à la bonté bafouée, Baudelaire va trouver les mots d’une authentique prière en poème. La Servante au grand coeur nous permet d’entrevoir, dans l’obscurité d’une "chambre", le drame de l’impossible intimité du poète avec Paris.
Harcelé par la culpabilité, Baudelaire sut donner la parole à ces insomnies de l’âme qui, dans une brutale dépossession, rendent chacun à soi-même.
Nous verrons dans une première partie...

Plan :

Introduction

I Un éloge de la servante
A/ La tonalité autobiographique
B/ L’humilité du portrait : le dévoiement de la tonalité encomiastique
C/ Le réalisme du portrait

II L’omniprésence de la mort
A/ Le réseau métaphorique
B/ La personnalisation de la mort
C/ La solennité de la structure poétique

Conclusion

L'accès au reste du commentaire littéraire est protégé par un code d'accès.

Pour l'obtenir, il vous suffit d'appeler le numéro de téléphone correspondant à votre pays et votre mot de passe vous sera dicté par un robot vocal. Veillez à bien noter quelque part votre numéro d'accès afin de ne pas l'oubier ! Entrez ensuite le code dans le champ en dessous des drapeaux puis cliquez sur "envoyer". Cet appel vous est facturé 1,68 euros. Le code est valable 2 fois !

Si vous rencontrez des problèmes, contactez-nous.

Pour avoir des accès gratuits envoyez nous vos devoirs ! Plus d'informations



Autres Pays
&

Le fichier contient un commentaire composé avec trois axes principaux, une introduction, une conclusion, les transitions.


Attention : Le site Lescorriges.com propose des documents qui peuvent vous servir de base ou de modèle dans vos travaux scolaires. Il est vivement conseillé de ne pas les recopier mais seulement de s'en inspirer. Le webmaster de ce site ne saurait en aucun cas être responsable des notes ou des sanctions résultant de l'utilisation de la banque de données du site.

Les corrigés permettent, d'acquérir des méthodes de rédaction, et de prendre conscience des attentes du correcteur mais ils ne sont pas forcément une aide à long terme. N'oubliez pas que l'objectif est d'arriver à construire un devoir pour le jour du baccalauréat. Vous n'aurez plus internet sous la main. Il faut donc que la consultation des corrigés vous aide à vous préparer à cette épreuve. Cela ne doit pas être une solution de facilité. Je vous suggère donc de n'avoir recours à ces corrigés qu'après avoir fait l'effort de construire votre propre réflexion. Et si le corrigé qui est proposé ne va pas dans le sens de ce que vous avez fait n'en déduisez pas automatiquement que votre travail n'est pas correct. Au contraire, c'est l'occasion de réfléchir aux choix qui ont été faits par le correcteur et à vos propres choix. Vous pouvez en discuter avec votre professeur. Enfin, n'attendez pas que votre prof vous fasse tout le travail. Rappelez-vous qu'il peut y avoir de bons devoirs très différents entre eux.


© Lescorriges.com - Tous droits réservés. Toute reproduction complète ou partielle est formellement interdite. Les commentaires de texte, et les fiches hébergées sur le site sont la propriété de lescorriges.com